Educational Challenges in Switzerland

A- Background of the Swiss Educational System

This article will discuss the strengths, weaknesses, and challenges facing the Swiss educational system. It will proceed as follows: a background will be given on the structure and institutional design of the system, then it will be analyzed by reviewing OHCHR recommendations and OECD indicators specific to Switzerland.” Providing a roadmap to the paper is important to overall comprehension and readability.

Switzerland is a federal and multilingual country with a decentralised education system. The 26 Cantons (states) are responsible for educational development within their respective territories. While the Cantons are responsible for compulsory education, the Federal Government also supports the Cantons to encourage post-compulsory education (general education schools, vocational and professional education and training, universities). The principle of decentralisation denotes the fact that the Cantons and their municipalities finance 90% of public expenditure on education.

The Confederation and the Cantons have a joint obligation to ensure a high degree of quality and accessibility within the education system. To meet this obligation, Switzerland has embraced a complex monitoring system that identifies key challenges and evaluates the progress and achievement of policy goals. The Swiss Education Report, which is published every four years, is one result of this monitoring process.

In compulsory education, 95% of all pupils attend public schools in their local municipality. There is no free choice of school in compulsory education; admission is dependent on families’ residential address. All public schools in compulsory education are free of charge. In many areas, public schools are an important tool to promote social integration among schoolchildren within a certain area. Indeed, children who have different social, linguistic and cultural backgrounds all attend the same school.

Each Canton manages its own curriculum, including certain institutional and structural design elements, such as the weekly teaching periods per subject and per class. There is no national curriculum. However, the Federal Constitution obliges the Cantons to coordinate and harmonise their educational systems with regard to structure and objectives. The Cantons have, for instance, developed language-region curricula for compulsory education, which are currently being introduced. The language of instruction is German, French, Italian or Romansh, depending on the language region. Traditionally, language learning is important in Switzerland. Students learn a second official language of Switzerland as well as English during their compulsory school years.

Switzerland has a strong vocational and professional education system (VET). It offers mostly dual-track VET programmes at the upper secondary level—which combine an apprenticeship with one to two days of classroom instruction at a vocational school—and broad tertiary-level professional education programmes.

The majority of young people enroll in VET after completing their compulsory education. This provides them with a solid foundation and practical experience in most occupations (there are about 230 professions to choose from). Around one-third of compulsory education graduates opt for continuing their education at an upper secondary specialised or baccalaureate school, which prepare them for tertiary education at a university.

 

B- OHCHR Human Rights Mechanisms/ Switzerland

UPR

The United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) noted that several measures had been taken in Switzerland to enhance the right to education. Nevertheless, it found that asylum seekers and undocumented children are still experiencing problems gaining access to secondary education. UNESCO recommended that Switzerland is encouraged to strengthen public policies to ensure that children of foreign origin enjoy the best possible quality of education and that undocumented and asylum-seeking children are given access to education, particularly at the secondary level. The Committee on the Rights of the Child made similar recommendations. The Committee on the Elimination of Discrimination against Women recommended that Switzerland encourage further diversification of the educational choices available to all genders and revise educational materials at the cantonal and community levels to ensure a gender-sensitive perspective in teaching materials. It also advised Switzerland to design new strategies to address discriminatory stereotypes and structural barriers that might deter girls from progressing beyond secondary education and enrolling in traditionally male-dominated fields of study.

C- Education at a Glance 2021: OECD Indicators

Equal Opportunities for students across socio-economic backgrounds

The Programme for International Student Assessment (PISA) is an index that measures educational attainment and achievement of students from varying economic, social and cultural status (ESCS). As of 2018, the percentage of children from the bottom quartile of the ESCS that achieved at least PISA level 2 in reading was 32% lower than that of children from the top ESCS quartile. This is a larger educational gap than the OECD average, which sits at 29%.

Significant differences in educational achievement may lead to worsening income inequality. In Switzerland, 30% of adults 25-64 years of age with below upper secondary educational attainment earned at or below half the median earnings in 2019. This is a larger percent than the OECD average of 27%.

 

Gender Inequalities in education

In nearly all OECD countries and at all levels of educational attainment, 25-64 year-old women earn less than their male peers; their earnings correspond to 76%-78% of men’s earnings on average across OECD countries. This proportion varies more across educational attainment levels within countries than between OECD countries. Compared to other education levels, women with below upper secondary education in Switzerland have the lowest earnings relative to men with a similar education level—these women earn only 77% of the income earned by men who also lack an upper secondary education. Women with an upper secondary or post-secondary non-tertiary education earn 84% of the earnings of men with the same or similar education levels.

Education and migration background

On average across OECD countries, among adults without upper secondary attainment, 57% of native-born adults are employed, compared to 61% of foreign-born adults. Following this trend, in Switzerland, the employment rate of foreign-born adults without upper secondary attainment was 71% in 2020, higher than that of their native-born peers (65%).

Among tertiary-educated adults, 92% of native-born adults and 84% of foreign-born adults are employed. Foreign-born adults who arrived in the country at an early age have spent some years in their host country’s education system and gained nationally recognised credentials. As a result, their labour-market outcomes are generally better than that of those who arrived at a later age with a foreign qualification. In Switzerland, among foreign-born adults with tertiary attainment, 90% of those who arrived by the age of 15 are employed, compared to 83% of those who arrived in the country at age 16 or later.

Conclusion:

In sum, that the government of Switzerland should strengthen its public policies to ensure that children of foreign origin enjoyed the best possible level of teaching and that child asylum seekers and undocumented children were given access to education, particularly at the secondary level; as well as programmes and awareness-raising activities against violence, abuse and bullying in schools. Moreover, it must encourage further diversification of the educational choices of girls and boys, take steps to revise educational materials at the cantonal level and ensure that gender-sensitive teaching materials are available across all cantons and communities.

 

Written by Faical Al Azib

 

References:

 

Universal Periodic Review of France

This report is a contribution by Brokenchalk to the fourth Universal Periodic Review (UPR) of  France. Broken Chalk is an Amsterdam-based NGO established in 2020 and focused on raising awareness and minimizing human rights violations in the educational field. Our goal is to work together with global partners to remove barriers to access to education and to take concrete steps to ensure universal access to education. Therefore, this report will focus on human rights violations in regards to education in France.

Introduction

  1. Broken Chalk is a non-profit organisation that focuses on developing each country’s educational system to improve the level of human rights on the global level. Therefore, this report will focus on education. By drafting this report, Broken Chalk intends to assist with France’s 4th Universal Periodic Review [UPR]. First, the report will analyse the most important issues that France faces regarding the Right to Education. Then, it will shed light on some issues that should be solved by the French government. Finally, Broken Chalk will provide a few recommendations to France to further improve education.
  2. In the last review of France of 2017, the Republic of France received 89 recommendations and observations from 7 different human rights mechanisms, that focused on education and other issues such as gender gap, discrimination and human trafficking, which affect education’s access, outputs, and outcomes.
  3. The French educational system is based on the principles of the 1789 revolution. Indeed, the structure of the French educational system can be traced back to Napoleon’s First Empire (1804-1815)[i]. The educational system is divided into three stages: primary education, secondary education, and higher education. In France, most of its elementary and secondary schools, as well as its universities, are public institutions that have highly centralized administrations[ii]. Moreover, the curricula at primary and secondary schools are standardised across all schools, for a given grade.
  4. The Preamble to the French Constitution stipulates that it is the “state’s duty to provide free, non-religious public education at every level”[iii]. Therefore, the state must develop a clear roadmap for the training routes, national programmes, organisation and content of curricula. It must also lead and evaluate education policies to ensure overall consistency of the education system.

[i] Educational Policies: France (2014)

[ii] French Ministry of Education

[iii] European Agency; Fundamental principles of the French educational system

 

by Faical Al Azib

 

Download PDF

43rd_Session_UN-UPR_Country_Review_France

Image by jacqueline macou from Pixabay

Melek Çetinkaya: Le combat d’une mère pour la justice

Mme Melek Çetinkaya est la mère de Taha Furkan Çetinkaya, un étudiant militaire. Elle croit en l’innocence de son fils et tente de faire entendre sa voix sur les réseaux sociaux pour que son fils, actuellement incarcéré, soit libéré. Mme Çetinkaya est restée à la maison avec ses enfants pendant trois ans et demi, croyant que l’État rendrait justice jusqu’à ce qu’elle décide finalement de descendre dans la rue pour protester contre l’injustice du gouvernement par des manifestations et des marches pacifiques. [i] Selon la Constitution turque, chaque citoyen a le droit de protester pacifiquement. Cependant, chaque fois qu’elle proteste, elle est condamnée à une amende de 390 livres turques (TL) et emmenée au poste de police, où elle est détenue pendant plusieurs heures. Une des fois où elle a été arrêtée, elle a été forcée de rester dans le département antiterroriste (TEM) pendant deux jours.[ii]

Melek Çetinkaya est connue pour ses campagnes et ses manifestations pacifiques visant à sensibiliser le grand public à la victimisation de son fils et à la libération de son fils et de centaines d’autres arrestations illégales. Les protestations découlent de l’inefficacité du système judiciaire turc sous le régime d’Erdogan.

Le fils de Çetinkaya, Taha, était étudiant militaire à l’Académie de l’armée de l’air turque. Taha était en vacances d’été à la maison après avoir terminé sa première année à l’Air Force Academy. Le 10 juillet 2016, cinq jours avant la tentative de coup d’État, les cadets ont été invités au camp militaire de routine annuel de 3 semaines. Ces camps faisaient partie des programmes déterminés un an à l’avance et inclus dans le calendrier annuel des programmes des étudiants militaires. [iii]

 

Le matin du 15 juillet, le commandant des forces aériennes, le général Abidin Ünal, a effectué une visite imprévue au camp des cadets et a prononcé un discours devant les cadets. Ünal visitait le camp des cadets chaque année. Il effectuait généralement une visite programmée au centre. Les cadets nettoyaient le camping, cuisinaient et entretenaient les espaces et, en préparation de visites de haut niveau.[iv]

 

Les cadets ont passé des postes de police en arrivant au pont d’Osmangazi, mais aucun des policiers ne leur a demandé où ils allaient. Les commandants n’avaient pas d’argent sur eux, alors les deux cadets ont payé les frais avec de l’argent qu’ils avaient individuellement collecté et ont traversé le pont. Les autorités ont arrêté le bus avec les cadets à Sultanbeyli après avoir traversé le pont et on leur a dit qu’il y avait eu un coup d’État, une nouvelle qui a été un choc pour les cadets. Le public a offert aux cadets de l’eau et des cigarettes et a entonné l’hymne national.[v]  Vers 2 heures du matin, deux policiers ont déclaré : « D’accord, nous avons ces enfants ; vous pouvez vous disperser ». Les cadets ont fait ce qu’on leur avait dit, réitérant qu’ils n’étaient pas des conspirateurs. Plus tard dans la matinée, la police a arrêté les cadets et les a fait attendre sur le pont jusqu’à 8 h au lieu d’emmener les cadets au poste de police ou à l’école de l’armée de l’air. [vi]

 

 

Tout au long de la matinée, des gens ont commencé à arriver sur le pont avec des armes, des couteaux, des brochettes et des bâtons et ont commencé à attaquer les cadets. Ils ont d’abord cassé les fenêtres du bus et ont commencé à monter dans l’autobus et ont donné des coups de pied aux cadets. L’une des personnes armées a tiré sur le réservoir d’essence et a crié «tuez-les». Les cadets ont caché leurs armes sous leurs bras en réponse à la peur et à la terreur qui avaient éclaté, et heureusement, aucun cadet n’a été tué. Cependant, les enfants présents ont été emmenés au poste de police de Sultanbeyli et détenus pendant quatre jours. [vii]

Les installations institutionnelles étaient en très mauvais état. Le fait que les cadets aient été arbitrairement détenus pendant plus de cinq ans, que les enfants aient été torturés pendant quatre jours consécutifs sous l’autorité de la police et que les chiens aient été attachés et privés de nourriture et d’eau illustre de graves violations des droits humains. Lorsque les cadets ont demandé à aller aux toilettes, ils ont été accompagne en étant totalement menotté. Les autorités pénitentiaires ont rempli des salles de détention de 40 personnes avec 120 personnes. [viii]

Les actes d’accusation du cadet visaient trois condamnations à perpétuité pour avoir renversé la Constitution turque. Les autorités ont séparé les cadets emprisonnés en cinq affaires, à savoir « l’affaire Sultanbeyli », « l’affaire TRT/Digiturk », « l’affaire Orhanlı », « l’affaire du pont du Bosphore » et « l’affaire du pont Fatih Sultan Mehmet (FSM) ». La Cour de cassation a annulé « l’affaire TRT/Digiturk » avec 37 cadets, rouvrant le procès. Cependant, les étudiants cadets ont été condamnés à perpétuité après le procès en appel. Le processus judiciaire a prouvé qu’en Turquie, les juridictions inférieures ne se conforment pas aux décisions des juridictions supérieures mais agissent plutôt sur ordre du gouvernement. L’affaire “Sultanbeyli”, où se trouvent les enfants de Mme Melek Çetinkaya, est actuellement examinée par la Cour de cassation et sera probablement renversée dans les mois à venir. Pourtant, comme dans «l’affaire TRT/Digiturk», elle pense que les tribunaux ne respecteront pas cette décision et que la détention des enfants se poursuivra. Elle espère se tromper et souhaite que tous les enfants soient libérés, mais les pratiques du gouvernement actuel ont prouvé que cela était peu probable. [ix]

 

Mme Melek Çetinkaya a demandé au Groupe de travail sur la détention arbitraire du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies au nom de son fils que son cas soit examiné et décidé. Le dossier a en effet été examiné et tranché, aboutissant à la libération immédiate de Taha Çetinkaya. Malgré cela, le système juridique turc ne reconnaît actuellement ni la Cour européenne des droits de l’homme ni aucun organe des Nations Unies. En tant que telle, la décision est réputée invalide en l’espèce.

Il y a environ 341 étudiants cadets emprisonnés. Trois d’entre eux sont des femmes et trois d’entre eux sont décédés.[x]

 

Murat Tekin et Ragıp Enes Katran ont été brutalement assassinés en étant lynchés sur le pont du Bosphore pendant la tentative de coup d’état sanglante. Ils ont été retrouvés à la morgue après 12 jours ensemble et étaient méconnaissables. Leurs parents reconnaissaient les enfants à leurs ongles. Les familles n’ont pas reçu de véhicule funéraire ni de cercueils et se sont vu refuser la prière. De plus, aucune cérémonie funéraire n’a eu lieu et on leur a dit d’enterrer les enfants en silence. Les familles n’ont pas reçu de lieu de sépulture pour les cadavres de ces étudiants. Pourtant, leurs proches respectifs avaient acheté à l’avance un cimetière familial, et les corps pouvaient y être enterrés. Le troisième étudiant, Yusuf Kurt, est décédé plus tard. Il a été incarcéré pendant neuf mois et des niveaux de stress et de pression extrêmes ont exacerbé le développement d’un cancer. Yusuf est décédé il y a un an avec le fardeau de la douleur qu’il a endurée.[xi]

Comme mentionné ci-dessus, trois étudiantes sont détenues derrière les barreaux pour les mêmes raisons. Elles sont détenues à la prison fermée pour femmes de Bakırköy. Leurs noms sont Nimet Ecem Gönüllü, Nagihan Yavuz et Sena Ogut Alan. Ces filles avaient 20 ans lorsqu’elles ont été arrêtées. Nagihan a perdu son père le 1er mars 2022, mais elle n’a pas pu assister aux funérailles de son père. Nimet Ecem, quant à elle, est la fille d’un martyr. Son père est tombé en martyr quand elle avait trois ans alors qu’il servait comme lieutenant principal dans l’armée de l’air turque (TAF). Bien qu’elle soit la fille d’un martyr, elle a été condamnée à perpétuité pour une allégation sans fondement d’appartenance à une organisation terroriste. Le père de l’autre détenue est un officier retraité des TAF. Malgré cela, elle a été condamnée à la réclusion à perpétuité pour avoir été une «traître» et une «terroriste».

Melek Çetinkaya est devenue le sujet d’une thèse européenne. Helena Vodopija, diplômée de Turcologie et d’Anthropologie, a rencontré Çetinkaya pour son mémoire de maîtrise “sur les mémoires” des étudiants militaires et de leurs familles condamnés à la réclusion à perpétuité dans le cadre du Master européen Droits de l’homme et démocratisation de l’Université du Luxembourg sur le 15 juillet et la période suivante.[xii]

Melek Çetinkaya était mère de trois enfants et menait une vie modeste en Turquie. Le soir du 15 juillet 2016, elle est devenue une mère en quête de justice dans la rue. Elle poursuivra son combat légitime jusqu’à ce qu’elle accomplisse la libération de tous les cadets détenus arbitrairement.

Written by Berkan Doğan Ünes English Version https://brokenchalk.org/melek-cetinkaya-a-mothers-struggle-for-justice/

Edited by Olga Ruiz Pilato

Translated by Faical Al Azib

 

Sources;

[i] https://politurco.com/arrest-of-ms-melek-cetinkaya-is-an-intervention-to-democracy.html [Accessed on 03/04/2022]

[ii] https://politurco.com/melek-cetinkaya-turkish-state-under-erdogan-regime-took-me-out-on-the-street.html [Accessed on 03/04/2022]

[iii] Ibid.

[iv] Ibid.

[v] https://www.duvarenglish.com/human-rights/2020/01/25/my-son-is-not-a-coup-plotter-a-mothers-struggle-to-prove-her-cadet-sons-innocence [Accessed on 03/04/2022]

[vi] https://www.youtube.com/watch?v=ND5snMwA2JQ [Accessed on 03/04/2022]

[vii] Ibid.

[viii] https://politurco.com/melek-cetinkaya-turkish-state-under-erdogan-regime-took-me-out-on-the-street.html [Accessed on 03/04/2022]

[ix] https://www.youtube.com/watch?v=7HB6cRgf15w [Accessed on 03/04/2022]

[x] https://politurco.com/melek-cetinkaya-turkish-state-under-erdogan-regime-took-me-out-on-the-street.html [Accessed on 03/04/2022]

[xi] https://www.youtube.com/watch?v=tofQTvdJlqk&t=290s [Accessed on 03/04/2022]

[xii] https://ahvalnews.com/tr/melek-cetinkaya/melek-cetinkaya-avrupada-tez-konusu-oldu [Accessed on 03/04/2022]

 

*Recadrer l’image à partir de : https://www.tr724.com/melek-cetinkayanin-ogluna-hucre-cezasi/

Un Innocent Emprisonné : Prof Laçiner

Qui est Sedat Laçiner?

Sedat Laçiner est un professeur turc né à Kirkale en Turquie. Il a 49 ans, et il est emprisonné depuis l’été 2016. Le parcours scolaire du professeur Laçiner a commencé en Turquie où il a obtenu son diplôme d’études secondaires et a terminé son baccalauréat à Ankara. Il a commencé sa maîtrise en sciences politiques en Turquie mais après avoir reçu une bourse du ministère de l’Éducation nationale, il a terminé ses études au Royaume-Uni. Après avoir terminé sa maîtrise en 2001, il a entamé son doctorat à l’Université de King’s College de Londres. En 1994, Sedat Laçiner a été nommé correspondant du Premier ministre et a, à ce jour, écrit plusieurs articles. Il a été membre du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK), du Comité national des relations turco-arméniennes (TEİmK) et a été nommé directeur du Centre d’études stratégiques de l’Université Canakkale Onsekiz Mart en 2003. De 2004 à 2010, il a présidé l’Institut international d’études stratégiques (USAK). Le 15 mars 2011, Laçiner a été nommé recteur de l’Université Canakkale Onsekiz Mart (ÇOMU) à l’âge de 38 ans, ce qui fait de lui le plus jeune recteur de Turquie. En 2006, il a reçu le prix “2006 Young Global Leader” et est toujours la première personne en Turquie à être nominée pour un titre dans le domaine “intellectuels”. Le professeur Laçiner est l’auteur de 26 ouvrages en turc et en anglais.

Tentative de coup d’Etat en Turquie

Le président de la Turquie, Recep Erdogan, a un style de leadership controversé. C’est un système démocratique qui est souvent remis en question. Au lendemain de son élection présidentielle, Erdogan a repris les médias, abandonné les charges contre les ministres gouvernementaux précédemment condamnés et leurs familles, qui ont été impliqué dans affaires de corruption. En 2014, il a accusé Fetullah Gulen d’organiser une “structure étatique parallèle” qui était un acte d’élimination des concurrents. Ses actions ont entraîné une désapprobation généralisée et une incitation au changement. En 2016, l’inévitable s’est produit – un coup d’État a eu lieu. Via un diffuseur, une faction de l’armée a annoncé qu’elle “avait pris le pouvoir pour protéger la démocratie de Recep Erdogan”. Malgré son échec et sa disparition rapide, des sources suggèrent qu’il y a eu plus de 1 400 blessés et quelques morts dans le processus. Les 7 000 personnes arrêtées comprenaient des soldats de haut rang, des juges et des enseignants, entre autres. Selon diverses sources, le coup d’État n’a pas réussi car il n’a pas bénéficié du soutien nécessaire des citoyens civils, qui avaient besoin de pousser le « changement ». Quand Erdogan a pris le contrôle de la situation, il a immédiatement blâmé Fethullah Gulen, basé aux États-Unis. Le coup d’État est également considéré comme une excuse pour l’actuel président turc pour consolider son pouvoir. Fethullah Gulen est libre, mais plus de 2 000 personnes sont toujours emprisonnées.

Pourquoi Sedat Laçiner est-il en prison?

En 2018, Sedat Laçiner a été condamné à 9 ans et 4 mois de prison. Au cours du procès, certains procureurs ont demandé la réclusion à perpétuité et des discussions sur le rétablissement de la peine de mort ont éclaté. Dans l’une des lettres de Laçiner à sa famille, l’ancien recteur déclare : « Après huit mois, il n’y a toujours aucune preuve légale de l’accusation, à savoir la tentative de renverser le gouvernement d’Erdogan. L’acte d’accusation admet même que je n’ai pas d’action, de comportement ou d’activité violente ou forcée. Il déclare également qu’il n’a pas eu accès à un avocat et que son dossier lui a été caché, ce qui constitue une violation de son droit à un procès équitable et, à ce titre, l’un de ses droits humains fondamentaux. L’ancien recteur a été accusé d’appartenir au mouvement « Gülen » et a été maintenu en détention sans preuves suffisantes prouvant sa responsabilité.

Selon la famille de Laçiner, il a été inculpé d’infractions de terrorisme en relation avec FETÖ – l’organisation terroriste Fethullah Gülen, terme utilisé par le gouvernement pour désigner le mouvement Gülen. FETÖ comprend des partisans du prédicateur islamiste modéré Fethullah Gülen et de son frère, Vedat, qui est également universitaire, mais n’a reçu aucun détail sur ce qu’ils sont censés avoir fait pour justifier une inculpation. Tous deux sont détenus à la prison de type E de Çanakkale (Malley, 2017).

Les accusations incluent que le mouvement Gülen était un “acte terroriste armé”, mais jusqu’à ce jour, il n’y a aucune preuve pour étayer ces accusations. Plus de 2 000 personnes innocentes sont détenues arbitrairement – un nombre qui met l’accent sur le fait que la présomption d’innocence n’est pas la préoccupation du gouvernement turc.

 

Original text by Ivan Evstatiev

Edited by Olga Ruiz Pilato

Traduit par Faical Al Azib : English Versiyon https://brokenchalk.org/imprisonment-of-the-innocent-prof-laciner/

 

Sources

Malley, B. M. (2017, April 6). Is imprisoned academic a victim of a mass witchhunt? University World News. Retrieved February 22, 2022, from https://www.universityworldnews.com/post.php?story=2016111800050457

TurkeyPurge. (2017, September 25). Turkish professor Sedat Laciner, under pre-trial detention for 26 months, gets 9 years in jail | Turkey Purge. Turkeypurge.Com. Retrieved February 22, 2022, from https://turkeypurge.com/turkish-professor-sedat-laciner-under-pre-trial-detention-for-26-months-gets-9-years-in-jail

www.sabah.com.tr. (2016, July 23). Eski rektör Sedat Laçiner tutuklandı. Sabah. Retrieved February 18, 2022, from https://www.sabah.com.tr/gundem/2016/07/23/eski-rektor-sedat-laciner-tutuklandi

 

Invasion en Ukraine: qui paie le prix de cette guerre ?

Mahmud Darwish a dit un jour à propos de la guerre :

‘’La guerre finira. Les dirigeants se serreront la main. La vieille femme continuera d’attendre son fils martyr. Cette fille attendra son mari bien-aimé. Et ces enfants attendront leur père héros. Je ne sais pas qui a vendu notre patrie, mais j’ai vu qui en a payé le prix.’’

Au fil des annnes, de nombreux pays ont été détruits par la guerre et la dictature, chacun de ces pays était suffisamment civilisé avant la guerre. En effet, cette guerre a ruine la culture, le développement et sa civilisation, tels que la Syrie, la Palestine, la Libye, l’Afghanistan, l’Irak, la Somalie, le Yémen et bien d’autres.

L’arrogance et l’égoïsme des dictateurs et des politiciens n’ont causé que des pertes à ces pays. Aujourd’hui, de nombreux innocents souffrent a cause de la pauvreté en raison d’une mauvaise gouvernance par des infrastructures de régime oppressives qui se sont effondrées, et l’environnement a également été grandement affecté.

 

The Costs of War Project, Watson institute of international and public affairs, Brown University, 2021

 


Comment l’éducation a-t-elle été affectée?
L’Ukraine a maintenant rejoint le train des pays qui ont été détruits par la guerre à cause de la cupidité des dictateurs. Vladimir Poutine a non seulement envahi un État souverain voisin, mais son régime exerce également une censure totale sur le territoire russe. Les médias russes indépendants et les journalistes qui s’expriment contre le régime de Poutine et sur les souffrances des Russes sous sa direction sont harcelés, intimidés et détenus illégalement. Le même traitement est réservé aux manifestants qui s’opposent à Poutine et aux crimes commis par son régime en Ukraine, comme forcer de jeunes Russes à rejoindre les forces armées sans les informer qu’ils vont participer à l’invasion de l’Ukraine. Tout cela décrit bien à quoi ressemble «l’État totalitaire».

L’impact de la guerre est clairement visible dans le secteur de l’éducation, car l’accès à l’éducation sera limité en raison de la pénurie de matériel pédagogique, la pauvreté jouant un grand rôle dans le manque d’éducation, la propagande diffusée par les dictateurs pour justifier l’invasion ou pour justifier le crime des dictateurs, commis par leurs propres citoyens.

De nombreuses installations éducatives, telles que des écoles et des jardins d’enfants, ont été détruites et endommagées en raison de la guerre en cours en Ukraine, qui met en danger l’avenir des enfants et les prive d’accès à l’éducation.

L’UNICEF a récemment publié un rapport sur l’impact de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Selon le rapport, l’invasion a laissé plus de 350 000 écoliers sans accès à l’éducation, car les infrastructures scolaires ont été endommagées, tandis que l’enseignement est insuffisant. les méthodologies limitent l’accès à l’éducation, laissant les enfants sans accès à un abri sûr, à l’eau et à l’éducation.

L’effet de la guerre sur les réfugiés ukrainiens et les étudiants internationaux en Ukraine:

De nombreux Ukrainiens ont cherché refuge dans différents pays depuis le début de la guerre, ce qui a suscité beaucoup d’inquiétude pour les enfants réfugiés et la manière dont ils vont être intégrés dans les systèmes scolaires d’autres pays, en particulier avec l’existence de la barrière de la langue. Il y a eu une réponse positive à ces défis, car les écoles polonaises ont accueilli des enfants réfugiés ukrainiens dans leurs écoles et les enseignants polonais ont aidé ces élèves à surmonter la barrière de la langue et à s’adapter au système éducatif polonais. D’autre part, les enfants réfugiés ukrainiens au Royaume-Uni sont confrontés à un énorme défi, car la plupart des écoles du Royaume-Uni, sont confrontés à un financement insuffisant, le secteur de l’éducation subit beaucoup de pression et l’arrivee des élèves réfugiées accentue la situation.

Les étudiants internationaux qui étudiaient dans les universités ukrainiennes, dont beaucoup viennent d’Afrique, d’Asie du Sud et du Moyen-Orient, sont également victimes de la guerre. Beaucoup de ces étudiants ont eu du mal à trouver refuge ou à fuir. De plus, au moins deux étudiants visiteurs ont été tués dans les premiers jours de la guerre.

 

L’effet de la guerre sur les États post-soviétiques et sur la Russie:

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les États post-soviétiques craignent beaucoup que le contrôle de Poutine n’atteigne leur pays, en particulier après que le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a signé un accord d’alliance entre la Russie et l’Azerbaïdjan. L’accord inclue la langue russe obligatoire dans les établissements d’enseignement, ce qui n’était plus le cas depuis l’independence de cet Etat.

Dernièrement, le ministère russe de l’Éducation a commencé à diffuser de la propagande dans l’éducation en ligne, dans le but d’influencer les enfants avec des idéologies qui glorifient le leadership de Poutine et justifient l’invasion de la Russie. Ces cours en ligne tentent d’expliquer “pourquoi la mission de libération en Ukraine était nécessaire”. Il y a un risque élevé que ces leçons contribuent à la création d’une génération qui encourage la guerre et soutienne la dictature en Russie.

Certes, un jour viendra où la guerre prendra fin, et les déplacés rejoindront la patrie où ils ont laissé leurs proches pour se réfugier dans d’autres pays. Mais à quel prix cela arrivera, quand le mal sera fait déjà? Tout comme le dit Mahmoud Darwish “Je ne sais pas qui a vendu notre patrie, mais j’ai vu qui en a payé le prix”.

 

By Zinat Asadova

Translated by Faical Al Azib   from [Russia’s Invasion to Ukraine: Who Will Pay the Price for This War?]

 

Sources;

  1. “The war will end” Poem by Mahmud Darwish
  2. Save the Children. (2022). Ukraine: Attacks on schools endangering children’s lives and futures. Retrieved from https://www.savethechildren.net/news/ukraine-attacks-schools-endangering-children-s-lives-and-futures
  3. UNICEF Europe & Central Asia Region (ECAR). (2022). Ukraine Situation Report – 24 February 2022 (p. 2). Retrieved from https://www.unicef.org/media/116031/file/Ukraine-Humanitarian-SitRep-24-February-2022.pdf
  4. Deutsche Welle (DW). (2022). Poland fights to give Ukrainian kids access to education [Video]. Retrieved from https://www.dw.com/en/poland-fights-to-give-ukrainian-kids-access-to-education/av-61185207#:~:text=About%202%20million%20Ukrainians%20have,Poland’s%20education%20system%20is%20enormous.
  5. Abrams, F. (2022). Ukraine refugees may struggle to find places in English schools, councils say. The Guardian. Retrieved from https://www.theguardian.com/education/2022/mar/05/ukraine-refugees-may-struggle-to-find-places-in-english-schools-councils-say
  6. Fallon, K. (2022). Foreign students fleeing Russia’s war on Ukraine hope to return. Aljazeera.com. Retrieved from https://www.aljazeera.com/news/2022/3/5/they-told-us-to-go-home-student-recounts-ukraine-war
  7. International education’s continuing response to the war in Ukraine. ICEF Monitor – Market intelligence for international student recruitment. (2022). Retrieved from https://monitor.icef.com/2022/03/international-educations-continuing-response-to-the-war-in-ukraine/
  8. Azərbaycan Respublikası Xarici İşlər Nazirliyi. (2022). No:056/22, Azərbaycan Respublikası Xarici İşlər Nazirliyinin Mətbuat xidməti idarəsinin məlumatı (AZ/RU). Retrieved from https://www.mfa.gov.az/az/news/no05622
  9. President of the Republic of Azerbaijan Ilham Aliyev. (2022). Declaration on allied interaction between the Republic of Azerbaijan and the Russian Federation. Retrieved from https://president.az/en/articles/view/55498
  10. Aliyeva, J. (2022). Azerbaijani president notes importance of Russian language. Report News Agency. Retrieved from https://report.az/en/foreign-politics/azerbaijani-president-notes-importance-of-russian-language/
  11. Russia’s Ministry of Education Official Page on Vkontakte. (2022). An Open lesson “Defenders of Peace” (Открытый урок «Защитники мира») [Video]. https://vk.com/video-30558759_456242419?list=8411aa6de207bc39a2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ilham Tohti : un militant souriant face à l’injustice

Ilham Tohti,* ancien professeur d’économie d’ ethnie ouïghoure à l’Université Minzu de Pékin, récemment qualifié de « Mandela chinois » par le Guardian, a été arrêté le 14 janvier 2014 pour incitation au séparatisme, à la haine ethnique et soutien aux activités terroristes en raison de ses critiques ouvertes envers le gouvernement chinois. À la suite de son arrestation, son procès de deux jours entre le 17 et le 18 septembre 2014, qui a conduit à sa condamnation et à sa peine d’emprisonnement à perpétuité, a été un grand choc pour de nombreux observateurs, amis et organisations étrangeres et nationales qui ont soutenu Ilham en raison de à son activisme proéminent, intimidant et avant tout pour la défense de l’autonomie, des droits linguistiques, culturels et religieux des minorités ethniques ouïghoures. Les Ouïghours sont un groupe turcophone et généralement musulman, habitant principalement dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (ci-après XUAR). Ilham a été qualifié de « conscience du peuple ouïghour »

 

Contexte

L’activisme d’Ilham a commencé en 1994 lorsqu’il a commencé à écrire sur les violations subies par les Ouïghours dans le XUAR. En 2006, il a attiré l’attention sur Internet lorsque lui et d’autres chercheurs ont cofondé le site Web «Uyghur Online» sur uighurbiz.org. Le site Web était une plate-forme en langue chinoise cherchant à combler les divisions en cours entre la minorité ouïghoure et les Chinois Han. La plate-forme servait essentiellement d’espace sur lequel Ilham pouvait faire entendre la voix ouïghoure au niveau national et international. Il s’est penché sur la façon dont le sort des Ouïghours les contenait, se sentant méprisés par la société en général et oubliés par le gouvernement chinois en ce qui concerne le développement socio-économique. Ilham invitait les Han à une plate-forme ouverte, pacifique et rationnelle pour discuter et débattre de leurs points de vue divergents car, comme il l’a souligné, les Han n’étaient pas les ennemis des Ouïghours, malgré leur attitude discriminatoire et souvent violente à leur égard.

Grâce à son site Web, Ilham a promu une approche pacifique et holistique et n’a jamais incité ou encouragé la violence. Il a pris soin de ne pas entrer en conflit avec les lois gouvernementales ou les accords sous-jacents qui existent dans la société civile.

Cependant, le site Web a commencé à attirer la colère du gouvernement chinois, qui a fermé le site Web pour la première fois en juin 2008 avant que la Chine n’accueille les Jeux Olympiques. Le gouvernement a justifié la fermeture en se basant sur le fait qu’il avait rendu public des liens avec des soi-disant extrémistes ouïghours basés à l’étranger. Les grandes émeutes ethniques à Urumqi, la capitale du XUAR, et les attentats terroristes inspirés par une lecture plus rigouriste de l’islam le 5 juillet 2009 ont fait environ 200 morts, 18 000 détenus et entre 34 et 37 disparitions. Suite à cela, Ilham a parlé ouvertement de l’incident et a publié les noms et les visages de ceux qui sont restés disparus, ce qui a finalement conduit à son assignation à résidence puis à sa détention au secret le 14 juillet pendant environ cinq semaines jusqu’à ce que, suite à la pression internationale, il soit libéré.

Un autre moment crucial est venu quand Ilham et sa fille, Jewher, étaient à l’aéroport pour embarquer sur un vol vers les États-Unis parce qu’Ilham devait occuper un poste à l’Université de l’Indiana en tant que chercheur invité. Il a été arrêté par les autorités, battu, détenu et a vu Jewher être mis seul sur le vol vers les États-Unis. Cet incident a marqué le point culminant de l’histoire d’Ilham. En octobre 2013, une famille ouïghoure a écrasé sa Jeep sur le pont Jingshui de la place Tiananmen, qui avait été incendié. Le gouvernement chinois l’a qualifiée d’attaque terroriste, ce qui a par conséquent permis à Ilham d’accroître sa visibilité dans les médias étrangers de Grande-Bretagne, de France et des États-Unis, et a conduit des “policiers politiques” à percuter la voiture d’Ilham le 2 novembre alors qu’il était en route pour l’aéroport pour récupérer sa mère. Les autorités ont eu recours à la violence et à l’intimidation, menaçant la vie de sa famille s’il n’arrêtait pas de parler aux médias étrangers. Avec la pression exercée sur Ilham pour qu’il cesse ses inquiétudes vocales, il a commencé à exprimer son inquiétude pour sa sécurité à ses amis personnels et, de manière quelque peu prophétique, dans une déclaration téléphonique à Mihray Abdilim, un journaliste du service ouïghour pour Radio Free Asia, cette surveillance sur lui par des agents de la sécurité de l’État ont augmenté et ont eu l’impression que sa voix allait bientôt être réduite au silence. Fort de cette inquiétude, il a demandé que ses derniers mots ne soient enregistrés et publiés qu’après sa détention.

Arrestation, violations et procès injuste

En janvier 2014, une vingtaine de policiers ont fait une descente dans l’appartement d’Ilham à Pékin et l’ont battu devant ses deux jeunes enfants. Ils l’ont détenu et fermé définitivement son site Internet. Le lendemain, Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a expliqué qu’il avait été “détenu pour des motifs criminels”. Les accusations portées contre lui ont été révélées en février lorsque le Bureau de la sécurité publique a annoncé son arrestation officielle pour “séparatisme” – un vague récit qui autorise la peine capitale – et pour avoir recruté des adeptes sur son site Web.

Son arrestation a déclenché une vague de soutien à Ilham au motif qu’il s’était visiblement opposé aux appels à l’indépendance de XUAR et était favorable à ce que la région reste une partie de la Chine. Le site Web Foreign Policy a publié son analyse de plusieurs articles mis en cache d’Ilham dans le cadre de son dossier de preuve, et nulle part ils n’ont trouvé d’expression directe ou indirecte de séparatisme ou d’indépendance. Ilham a été détenu dans un lieu tenu secret pendant cinq mois, interdit de tout contact avec sa famille ou ses amis et empêché de rencontrer son avocat, Li Fangping, jusqu’au 26 juin, date à laquelle Li a rapporté qu’Ilham était énervé d’avoir été enchaîné pendant les 20 premiers jours de sa détention et s’est vu refuser de la nourriture halal pendant les 10 premiers jours de mars. Ces actes constituent des violations du droit international et relèvent sans doute du champ des actes de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Beaucoup croient et craignent qu’Ilham ait peut-être enduré la torture.

Ilham n’a vu sa famille qu’après huit mois de son procès hâtif et inéquitable. Il a été reconnu coupable et condamné à la réclusion à perpétuité le 23 septembre, mais nie toutes les charges retenues contre lui. Au cours du procès, les procureurs ont déclaré qu’Ilham décrivait les terroristes comme des héros dans ses cours, avait internationalisé la « question ouïghoure » ​​et avait utilisé des témoignages d’étudiants qui auraient été obtenus sous la contrainte. Certains étudiants ont fait l’objet de fouilles à nu forcées après l’arrestation d’Ilham, ont été détenus et certains d’entre eux sont restés portés disparus pendant de longues périodes, soulignant ainsi la tentative des procureurs de monter un dossier incriminant alléguant qu’Ilham n’était pas la personne pacifique qui se faisait passer pour, mais était au lieu de cela dangereux aux yeux de la sécurité chinoise et a dû être réduit au silence en étant enfermé.

 

 

Derrière la lutte d’Ilham

Mais de quoi parle vraiment le cas d’Ilham Tohti ? Les tensions entre les Ouïghours et les Han existent depuis la fondation de la République populaire de Chine (RPC), mijotant dans des poches de troubles éclatant de temps en temps et déclenchant des politiques plus dures contre les Ouïghours, en particulier après que Xi Jinping a pris la tête du gouvernement en mars 2013 et plus tard. a dévoilé le «grand plan stratégique» pour le XUAR en décembre de la même année, Ilham exprimant des inquiétudes quant au fait que la pression sur les Ouïghours était sur le point d’augmenter.

Le gouvernement chinois a défini le problème comme la « question ouïghoure » ​​ou le « problème du Xinjiang » qu’il a tenté de résoudre par le biais d’un processus de sinification, qui existe depuis de nombreux siècles dans l’histoire chinoise et qui implique la promotion de l’assimilation plutôt que l’intégration. Il a ensuite encouragé les Chinois Han à migrer vers la région par le biais de politiques favorisant les Han par rapport aux Ouïghours, et qui ont entraîné un déséquilibre du développement socio-économique. Ilham a été victime de l’utilisation par la Chine de la technologie et des lois de censure, où aujourd’hui, même un seul message sur l’application de type Twitter de Sina Weibo peut envoyer son auteur en prison s’il critique apparemment le gouvernement chinois. L’emprisonnement d’Ilham prouve que le gouvernement chinois ne reconnaît pas le pont entre les Ouïghours et les Han. En réponse à la prétendue attaque terroriste des Ouïghours contre les Chinois Han dans la gare de Kunming en mars 2014, le gouvernement a déclaré une « guerre populaire contre le terrorisme » et a ciblé des universitaires, des militants, des journalistes, des écrivains et des avocats des droits de l’homme tout au long de l’année 2014. La contradiction sous-jacente est qu’Internet sert d’outil principal pour connecter les êtres humains au-delà des frontières géographiques, sociales, culturelles et linguistiques et sur lequel une grande partie du commerce et de la communication d’aujourd’hui a lieu. Au lieu de cela, le « grand pare-feu » du gouvernement chinois empêche la consommation de contenu étranger d’entrer en Chine et utilise Internet comme un outil matraquant pour censurer et contrôler le contenu numérique selon le récit approuvé de l’image, des intérêts et des politiques de la Chine, criminalisant la diffusion de « rumeurs » en ligne et établissant une exigence de pré-enregistrement pour tout compte en ligne partageant des opinions ou des déclarations politiques.

 

En tant qu’auteur de cet article, et avec mes collègues de Broken Chalk, je ressens une affinité étroite avec l’histoire tragique d’Ilham Tohti et de bien d’autres comme lui, car moi aussi, j’ai un blog personnel où je discute de mes préoccupations concernant l’actualité mondiale. affaires. Exercer la liberté d’expression de la manière dont Ilham l’a fait à travers son “blog de pont” n’est pas un crime, et cela ne devrait pas non plus étiqueter injustement Ilham comme un partisan du terrorisme, un trafiquant de drogue, un vendeur d’armes ou un agent américain. Il a vraiment cherché à amener les Ouïghours et les Han à engager des conversations, à ignorer leur différences et devenir plus unis en tant que personnes ordinaires. Il a choisi d’utiliser des moyens pacifiques et informés pour éduquer les autres sur les Ouïghours en s’opposant au récit qui les décrit comme des terroristes, des perversités et des risques pour la sécurité de l’éthos ou des fondements de la société chinoise. Au lieu de cela, il est devenu un martyr politique pour les Ouïghours de l’ethnie XUAR, recevant de nombreuses récompenses pour avoir défendu et cherché à étendre les droits de l’homme et les libertés, et un phare qui continue de faire la lumière sur la situation précaire à laquelle les Ouïghours sont confrontés dans les camps d’internement en Chine depuis 2017, où de nombreuses violations des droits humains prennent la forme de passages à tabac, de tortures, de viols, de meurtres, de travaux forcés et de stérilisation de femmes ouïghoures.

En fin de compte, On se souvient d’Ilham comme bien informé et courageux et comme ayant une volonté et une détermination à se battre pour les Ouïghours ethniques, gardant la tête haute face à l’injustice et à l’intimidation des autorités chinoises.

 

* To read and learn more about Ilham Tohti, there is a recent publication named ‘We Uyghurs Have No Say: An Imprisoned Writer Speaks’ (Verso Books). It is a series of collected essays and articles by Ilham prior to his detention. A paperback and eBook version are available at: https://bit.ly/3wiP6Mv

*Author’s note: throughout the article, his first name is used. In Uyghur culture, his last name, ‘Tohti’, refers to his father’s name, akin to saying that Ilham is the son of Tohti.

 

Écrit par Karl Baldacchino

Editée par Olga Ruiz Pilato

Traduit par Faical Al Azib  [Ilham Tohti: An Activist Smiling in the Face of Injustice]

 

Sources;

[i] Kennedy, H. (2022) ‘We Uyghur’s Have No Say by Ilham Tohti Review – A People Ignored’. The Guardian. Available online from: https://www.theguardian.com/books/2022/mar/09/we-uyghurs-have-no-say-ilham-tohti-review-background-genocide-china [Accessed on 20/03/2022].

[ii] Makinen, J. (2014) ‘China’s Detention of Uighur Professor Ilham Tohti Worries U.S.’. Los Angeles Times. Available online from: https://www.latimes.com/world/worldnow/la-fg-wn-china-detention-professor-20140117-story.html#axzz2qljh0LfJ [Accessed on 19/03/2022]; see also Wong, E. (2014) ‘Uighur Scholar Ilham Tohti Goes in Trial in China on Separatist Charges’. The New York Times. Available online from: https://www.nytimes.com/2014/09/18/world/asia/separatism-trial-of-ilham-tohti-uighur-scholar-begins-in-china.html?_r=0 [Accessed on 19/03/2022]; see also Wertime, D. (2014) ‘An Internet Where Nobody Says Anything’. China File. Available online from: https://www.chinafile.com/reporting-opinion/media/internet-where-nobody-says-anything [Accessed on 19/03/2022]; see also Amnesty International, ‘Academicus Ilham Tohti: Levenslang Gevangengezet’. Available online from: https://www.amnesty.nl/wat-we-doen/themas/sport-en-mensenrechten/ilham-tohti [Accessed on 19/03/2022]; see also Denyer, S. & Rauhala, E. (2016) ‘To Beijing’s Dismay, Jailed Uighur Scholar Winds Human Rights Award’. The Washington Post. Available online from: https://www.washingtonpost.com/world/to-beijings-dismay-jailed-uighur-scholar-wins-human-rights-award/2016/10/11/d07dff8c-8f85-11e6-81c3-fb2fde4e7164_story.html [Accessed on 19/03/2022]; see also PEN America, ‘Ilham Tohti’. Available online from: https://pen.org/advocacy-case/ilham-tohti/ [Accessed on 19/03/2022].

[iii] Woeser, T. (2009) ‘Interview with Uyghur Scholar Ilham Tohti’. YouTube. Available online from: https://www.youtube.com/watch?v=aQT0iN1nMk8 [Accessed on 19/03/2022]; see also ‘An Internet Where Nobody Says Anything’; see also Johnson, I. (2014) ‘”They Don’t Want Moderate Uighurs”’. China File. Available online from: https://www.chinafile.com/library/nyrb-china-archive/they-dont-want-moderate-uighurs [Accessed on 19/03/2022].

[iv] ‘An Internet Where Nobody Says Anything’; see also ‘To Beijing’s Dismay, Jailed Uighur Scholar Winds Human Rights Award’; see also Tom Lantos Human Rights Commission, ‘Ilham Tohti’. United States Congress. Available online from: https://humanrightscommission.house.gov/defending-freedom-project/prisoners-by-country/China/Ilham%20Tohti#:~:text=Biography%3A%20Ilham%20Tohti%20is%20a,regional%20autonomy%20laws%20in%20China. [Accessed on 19/03/2022].

[v] ) ‘Interview With Uyghur Scholar Ilham Tohti’; see also PEN America (2014) ‘Ilham Tohti: 2014 PEN/Barbara Goldsmith Freedom to Write Award Winner’. YouTube. Available online from: https://www.youtube.com/watch?v=gm6YLWrnKPw [Accessed 19/03/2022].

[vi] Ibid.

[vii] ‘Ilham Tohti’. United States Congress; see also ‘An Internet Where Nobody Says Anything’.

[viii] known as 7/5 due to it being a sensitive date in China

[ix] ‘They Don’t Want Moderate Uyghurs’; see also PEN America, ‘Ilham Tohti’; see also Tohti, I. (2013) ‘The Wounds of the Uyghur People Have Not Healed’. Radio Free Asia. Available online from: https://www.rfa.org/english/commentaries/wounds-07052013134813.html [Accessed on 19/03/2022]; see also ‘To Beijing’s Dismay, Jailed Uighur Scholar Winds Human Rights Award’.

[x] PEN America, ‘Ilham Tohti’.

[xi] Ibid.; see also ‘They Don’t Want Moderate Uyghurs’; see also Tohti, I. (2013) ‘Uyghur Scholar Tohti Speaks About His Concerns Before Detention’. Radio Free Asia. Available online from: https://www.rfa.org/english/news/uyghur/interview-02072014182032.html [Accessed on 19/03/2022]; see also ‘China’s Detention of Uighur Professor Ilham Tohti Worries U.S.’.

[xii] ‘Uyghur Scholar Tohti Speaks About His Concerns Before Detention’; see also ‘They Don’t Want Moderate Uyghurs’.

[xiii] PEN America, ‘Ilham Tohti’; see also ‘China’s Detention of Uighur Professor Ilham Tohti Worries U.S.’; see also ‘Ilham Tohti’. United States Congress; see also ‘An Internet Where Nobody Says Anything’.

[xiv] ‘An Internet Where Nobody Says Anything’

[xv] Ibid.; see also ‘Uighur Scholar Ilham Tohti Goes in Trial in China on Separatist Charges’; see also Cao, Y. (2014) ‘China in 2014 Through the Eyes of a Human Rights Advocate’. China File. Available online from: https://www.chinafile.com/reporting-opinion/china-2014-through-eyes-human-rights-advocate [Accessed on 20/03/2022].

[xvi] ‘Academicus Ilham Tohti: Levenslang Gevangengezet’; see also ‘An Internet Where Nobody Says Anything’; see also ‘Uighur Scholar Ilham Tohti Goes in Trial in China on Separatist Charges’; see also ‘China in 2014 Through the Eyes of a Human Rights Advocate’.

[xvii] ‘An Internet Where Nobody Says Anything’; see also ‘China in 2014 Through the Eyes of a Human Rights Advocate’; see also ‘China’s Detention of Uighur Professor Ilham Tohti Worries U.S.’; see also ‘They Don’t Want Moderate Uyghurs’; see also ‘To Beijing’s Dismay, Jailed Uighur Scholar Winds Human Rights Award’.

[xviii] PEN America, ‘Ilham Tohti’; see also European Foundation for South Asia Studies, ‘Language, Religion, and Surveillance: A Comparative Analysis of China’s Governance Models in Tibet and Xinjiang’. Available online from: https://www.efsas.org/publications/study-papers/comparative-analysis-of-governance-models-in-tibet-and-xinjiang/ [Accessed on 20/03/2022].

[xix] Ibid.; see also ‘China in 2014 Through the Eyes of a Human Rights Advocate’; see also ‘An Internet Where Nobody Says Anything’.

[xx] ‘An Internet Where Nobody Says Anything’; see also ‘China in 2014 Through the Eyes of a Human Rights Advocate’.

[xxi] Ibid.

[xxii] Ilham Tohti is the recipient of PEN America’s 2014 PEN/Barbara Goldsmith Freedom to Write Award, the 2016 Martin Ennals Award for human rights defenders who show deep commitment and face great personal risk, Liberal International’s 2017 Prize for Freedom, was nominated in 2019 and 2020 for the Nobel Peace Prize, and awarded in 2019 Freedom Award by Freedom House, the Vaclav Havel Human Rights Prize by the Parliamentary Assembly of the Council of Europe (PACE), and the Sakharov Prize for Freedom of Thought.

[xxiii] ‘We Uyghur’s Have No Say by Ilham Tohti Review – A People Ignored’; see also ‘Academicus Ilham Tohti.

 

*cover photo taken from: https://www.omct.org/fr/ressources/declarations/ilham-tohti-2016-martin-ennals-award-laureate-for-human-rights-defender

Submission to the Universal Periodic Review of the United Nations Human Rights Council: Tunisia

Broken Chalk is a non-profit organisation that focuses on developing each country’s educational system to improve the level of human rights on the global level. Therefore, this report will focus on education. By drafting this report, Broken Chalk intends to assist with Tunisia’s fourth Universal Periodic Review (UPR). First, the report will analyse the most important issues that Tunisia faces regarding the Right to Education. Then, it will shed light on some issues that should be solved through the Tunisian Ministry of Education. And finally, Broken Chalk will provide a few recommendations to Tunisia to further ameliorate in the field of education.

By Faical Al Azib

Download the PDF

41st_Session_UN-UPR_Country_Review_Tunisia

Chapter B: Access to Education, Participation and Progress – Summary B3

B3 Who is expected to graduate from upper secondary education?

Gender profile of upper secondary graduates

An upper secondary qualification is generally the minimum requirement to integrate the labor market and necessary for continuing to further education. Young people who did not have the opportunity to finish high school face challenges in the labour market, including worse employment prospects. Moreover, men and women do not make similar choices, which explains their offers for higher education and their job opportunities. An additional indicator that can explain the non-completion of upper secondary programme is the socioeconomic background of students. Therefore, the analysis of these choices and their outcomes is very important to guaranteeing inclusive educational opportunities and defining policies that address inequalities.

 

Upper secondary graduation, by programme orientation

Vocational pathways are important components of upper secondary education in many OECD countries, and key opportunities for students to gain practical work experience for their future careers. Three years ago, on average across OECD countries, 38% of upper secondary graduates obtained a vocational qualification, ranging from 6% in Canada to 76% in Austria.

In general, men tend to be more interested by a vocational pathway than women (Education at a Glance Database). On average across OECD countries, in 2019, women enrolled in upper secondary graduates represented 55%, and 45% in vocational programmes, which explains the lower number of men enrolled in higher education programmes.

Upper secondary vocational graduation, by field of study

The choice of field of study when aiming for vocational education is intrinsically connected to employment outcomes and career choices. Nonetheless, choices of field of study differ by gender. Social perceptions of the role of men and women can explain the choice of careers, as well as natural inclination and preferences. A significant share of students in upper secondary vocational education graduated from engineering, manufacturing, and construction programmes in 2019, followed by business, administration and law (17%); services (17%); and health and welfare (12%).

Moreover, women are more inclined to choose subjects in the field of business, administration, and law as well as health and welfare. On the other hand, men are more interested by studying engineering as well as information, communication, and technology, which are in great demand in the labour market in OECD countries. Indeed, these differences can be explained through cultural and traditional perceptions of the role of women and men in particular career pathways. Some studies have demonstrated that these gender differences in the choice of field of study are reflected in the career expectations of 15-year-olds: on average across OECD countries, only 14% of the girls who were top performers in science or mathematics aimed to pursue a career in science or engineering, compared with 26% of the top-performing boys. During the global pandemic, most of the health-care workforce in the frontline were females (Gabster et al., 2020). The shortages of nurses across OECD economies have shed light on the importance for governments to ensure that more men apply in this field in order to resolve the resource issue in the health sector and tackle an ignored gender gap.

Gender profile of post-secondary non-tertiary graduates

Another category of post-secondary non-tertiary programmes (ISCED level 4) are offered in OECD countries. These programmes are between upper secondary and post-secondary education and may be considered either upper secondary or post-secondary programmes, depending on the education system of the respective country. However, these types of programmes are not significantly higher than upper secondary qualification, since they only expand the knowledge of students who have graduated with upper secondary qualifications. Only vocationally oriented, post-secondary non-tertiary programmes are generally less prominent in the educational landscape in comparison to other levels of education. In 2019, post-secondary non-tertiary education was constituted by only 1% of 15- to 19-year-olds enrollment rate.

 

Post-secondary non-tertiary graduation, by programme orientation

On average across OECD countries, approximately 95% of post-secondary non-tertiary first-time graduates have graduated from vocational programmes. The level of professionalism after graduating from these educational programmes is quite high since graduates are expected to directly integrate in the labour market.

 

Post-secondary non-tertiary graduation, by field of study

On average across OECD countries, 23% of post-secondary non-tertiary graduates in vocational programmes specialised in health and welfare; 21% in engineering, manufacturing and construction; and 18% in both business, administration and law and services. On average across the latter, women represent 54% of post-secondary non-tertiary vocational graduates.

However, this is not the case in all countries. It ranges from 23% in Luxembourg to 76% in Poland. Two factors can explain these variations: 1) women have a higher graduation rate in upper secondary vocational education than men so they are more likely to continue their studies in post-secondary education and, 2) the high number of female students represented in certain broad fields of study such as health and social welfare, and business, administration and law – fields which are very frequent in short-cycle tertiary vocational education at tertiary level, but especially in post-secondary non-tertiary education (OECD, 2020[2]). Furthermore, in most countries with available data, female students represent more than half of post-secondary non-tertiary graduates from vocational programmes.

 

First-time graduation rates

Upper secondary education is internationally considered as the minimum level of qualification for successful integration into the labor market and almost mandatory to pursue further education. The consequences of failing this level of education on time can be damaging to both individuals and society. In addition, graduate rates can be considered as a key indicator of whether governments have invested enough to increase the number of students graduating from upper secondary education. Therefore, the contrast in graduation rates among countries reflect the difference of educational systems and programmes available as well as current social norms and economic performance. 80% of adults before the age 25 should enjoy a first-time graduation from upper secondary education, if current graduation patterns continue on average across OECD countries.

Post-secondary non-tertiary graduation rates

First-time graduation rates from post-secondary non-tertiary education are generally lower than those from upper-secondary programmes. On average, 6% of today’s young adults in OECD countries will finish post-secondary non-tertiary programmes before they turn 30 if current graduation patterns continue.

 

Sources

Summarized by Faical Al Azib from OECD, Education at a Glance 2021: OECD Indicators – Indicator B1; B2; B3. Access to Education, Participation and Progress: https://www.oecd-ilibrary.org/docserver/b35a14e5-en.pdf?expires=1645351809&id=id&accname=guest&checksum=0B361D22CD2C8DE309F5589F172BD8A2